BIOGRAPHIE LAURENT CAMATTE

Forme

Né à Marseille dans une famille de musiciens, Laurent Camatte fait son premier concert à l’âge de sept ans. Il débute sa formation musicale comme chanteur à la maîtrise d’enfant de Tours avant de se consacrer exclusivement à la pratique de l’alto et à l’écriture musicale.
A l’issue de ses études au Conservatoire de musique de Marseille où il obtient cinq Prix (Alto, Musique de chambre, Formation Musicale, Harmonie et Contrepoint), il intègre le Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris où il y obtient un prix d’alto (1999 -
classe de Bruno Pasquier), puis d’analyse musicale (2002 - classe de Michael Levinas).
Prix de la ville de Marseille en 1994, il est également lauréat des concours internationaux d’Alto d’Epernay (1996), Jean Françaix (1998), ainsi que du Prix international Edmund Pendleton (2003).

Remarqué par Georges Bœuf pour son intérêt précoce porté à la musique contemporaine, il intègre dès sa création à Marseille l’ensemble Télémaque où il sera l’altiste de 1993 à 1998.
Une rencontre déterminante, avec Paul Méfano, le mènera ensuite à être altiste dans l’ensemble 2e2m de 1997 à 2008. Dès cette époque se succèderont maintes collaborations en qualité de soliste au sein d’ensembles aussi prestigieux que l’ensemble InterContemporain (avec lequel il joue, entre autre, « éclat-multiples » de Pierre Boulez sous la direction de l’auteur), l’Itinéraire, TM+, Musicatreize, l’orchestre de chambre Pelléas (dont il est un des membre fondateur), l’ensemble Musica Nigella, Accroche Note ou encore Multilatérale dont il sera l’altiste de 2005 à 2017.
Il se produit sous la baguette de nombreux chefs tels que Pierre Boulez, Valery Gergiev, Christoph Eschenbach, Gennady Rozhdestvensky, Georges Prêtre, Peter Eötös, James Conlon, David Robertson ou encore Susanna Mälkki.
De 2006 à 2011 il sera l’altiste du quatuor à cordes Multilatérale ; de 2012 à 2016 l’altiste du quatuor Hélios. Depuis 2014 il forme le duo Colla Voce avec la soprano Elise Chauvin.
Depuis 2013, il est l’altiste de l’ensemble Proton (Bern, Suisse).
Depuis 2016, il est l’altiste de l’ensemble Court-Circuit (Paris).
Depuis 2018, il est l’altiste de l’ensemble Linéa (Strasbourg).

Parallèlement à ses activités de soliste et de chambriste, le double profil d’Altiste et d’Analyste musical intéresse particulièrement la Radio. Ainsi, dès 1997, France Musique sollicite Laurent Camatte comme invité régulier de l’émission « l’Atelier du musicien » de Jean-Pierre Derrien, émissions durant lesquelles il illustre par l’alto et de vive voix bon nombre d’œuvres majeures du répertoire pour Alto, que se soit en solo ou avec des pianistes tels que Nicolas Angelich, Jonas Vitaud ou encore Jérôme Ducros.
Son travail approfondi sur l’œuvre de Luciano Berio le mènera à participer à un colloque en hommage au compositeur à la Sorbonne de Paris (2003). Une partie de son travail est publié aux éditions L’Harmattan. Il sera chargé de cours d’analyse musicale sur cet auteur au sein de la classe d’analyse de Michaël Levinas au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris de 2003 à 2006.
Il est professeur d’alto au conservatoire de Paris XVIIe, à l’académie des « Plages musicales en Bangor » (Belle-Île-en-mer), ainsi qu’à l’académie des « Nuits Pianistiques » d’Aix-en-Provence.

Sa maîtrise des diverses techniques et spécificités musicales propres au langage contemporain a amené l’altiste Laurent Camatte à être très sollicité par les compositeurs. Parmi ses collaborations majeures, notons celles avec György Kurtág (Jelek, Hommage à R. Schumann), Pascal Dusapin (Inside, pour alto solo), Michaël Levinas (Lettres enlacées II, pour alto solo), Martin Matalon (Trace II, pour alto solo et électronique), David Hudry (Verwandlung I, pour alto solo). Plusieurs d’entre eux écrivent pour lui : Philippe Schoeller (Sybille III, pour alto solo, Concerto pour alto), Samuel Andreyev (Midnight audition, pour alto solo, Bern trio), Gilles Schuehmacher (Roses éplorées, Verlorene Wörter, Schattenschaft), Yann Robin (Draft III, pour alto solo), Régis Campo (De la transmutation des âmes, pour alto solo), Robert Coinel (Concerto pour alto), Frédéric Martin (Concerto pour Alto), ou encore Jacques Lenot, lequel lui dédie cinq œuvres (November Elegy, pour alto et orchestre, Répliques, pour alto solo, Néfertiti…, pour alto solo, Abrupts jeux d’ailes, pour alto et ensemble), dont la plus vaste, Erinnern als Abwesenheit III, pour alto et orchestre, a été créée puis enregistrée à l’IRCAM en 2010 par l’ensemble Multilatérale sous la direction de Jean Deroyer. Son étroite collaboration avec Betsy Jolas, marquée par plusieurs créations - Well Met (Printemps des Arts 2005), sur Do et Femme en son jardin (Péniche-Opéra 2010) - est magnifiée par une dédicace : Rhut wohl (Aix-en-Provence 2011). Séduit par cette dernière œuvre suite à l’écoute du disque « B for Betsy », Simon Rattle invitera personnellement Laurent Camatte à la philharmonie de Berlin pour la création Allemande de l’œuvre, à l’occasion des 80 ans de la compositrice.

Parmi ses enregistrements principaux figurent : Moving de Samuel Andreyev (ensemble Proton Bern – Klarthes 2015) ; B for Betsy (œuvres pour alto et piano avec Géraldine Dutroncy, piano – Hortus 2012 – Prix du président de la république de l’académie Charles Cros 2013) ; Erinnern als Abwesenheit III de Jacques Lenot (Ensemble Multilatérale, Jean Deroyer – Intrada 2011 – Prix du président de la république de l’académie Charles Cros 2012) ; Vulcano de Yann Robin (ensemble Intercontemporain, Susanna Mälkki – Kairos 2012) ; Chemins IV et Récit de Luciano Berio (Quaerendo Invenietis, Renaud Déjardin – Aeon 2007) ; Trio à cordes et Quintette avec Clarinette de Betsy Jolas (Accroche note – Accord 2006) ; Micromégas de Paul Méfano (2e2m, Pierre  Roullier – Maguelone 2006) ; Troisième Round et Turbulences de Bruno Mantovani (TM+, L. Cuniot – Aeon 2003).


Forme

Inscrivez vous à la newsletter !

S'inscrire